la respiration intégrale

La respiration intégrale

Par la respiration intégrale, j’entends une respiration complète avec des temps d’arrêt c’est-à-dire qui fasse agir naturellement tout l’appareil respiratoire.

Comment arriver à la respiration intégrale ?

Pour arriver à cette respiration intégrale, il ne suffit pas que le canal respiratoire soit bien dégagé, car dans cette respiration ce ne sont pas seulement les organes de la respiration qui travaillent mais tout l’organisme.
Un corps tendu, crispé ne peut avoir une bonne respiration.

Que faut-il faire pour aller à la rencontre de la respiration intégrale ?

Avant toute chose, il est indispensable d’arriver à obtenir le relâchement total afin que les respirations puissent s’effectuer parfaitement. En procédant de la sorte, l’organisme en profite alors efficacement.
Ce relâchement est donc primordial. Le matin, aussitôt levé, et le soir avant le repas, ouvrir la fenêtre afin que l’air pur et frais pénètre dans la pièce.
Aucune pensée négative, ni de tristesse, ni de préoccupation matérielle ne sont de mise dans la pratique du relâchement.
Il est important de s’unir à la source Universelle de Vie Pure que l’on peut attirer à soi par la respiration.
Cet état de relâchement complet du corps et de l’esprit s’acquiert petit à petit par la pratique journalière.

Que faut-il faire ensuite dans la respiration intégrale  ?

la respiration intégraleAprès le relâchement, on pratique cette respiration intégrale, on la contrôle tout simplement et on y ajoute un temps d’arrêt.

Pourquoi ce temps d’arrêt ?

Ce repos, après l’inspiration, permet à l’air de se répandre aisément, de pénétrer dans tout l’organisme et d’accomplir son action bienfaisante, puis de déloger les toxines qui seront ensuite expulsées.
L’arrêt, après l’expiration, permet à l’organisme de se reposer et de laisser aux toxines expulsées le temps de se disperser afin que l’air que l’on va respirer de nouveau se soit purifié.
Ces deux arrêts sont nécessaires pour que la respiration soit parfaite.

Cela demande-t-il des efforts ?

Non, cette respiration doit être faite sans aucun effort. L’air sera expulsé ou inspiré tout doucement, d’un mouvement lent et régulier, continuel mais doux, sans brusque arrêt ni reprise. La quantité d’air inspiré doit être le même que d’habitude.

En conclusion…

Par cet exercice, on apprend à exécuter nos respirations habituelles en quatre temps au lieu de deux en ajoutant les temps d’arrêt entre l’inspiration et l’expiration.

One thought on “La respiration intégrale

  1. Je pratique la respiration complète dans mon lit le soir ou le matin : abdominale thoracique et claviculaire ,je retient 12 s l’air et j’expire lentement de façon a vider totalement l’air et je retient de nouveau 12s ( on y arrive si on vide tout l’air) et je reprend le cycle de respiration normale .C’est ainsi que j’ai appris a me relaxer lorsque j’étais skieur de haut niveau ,cela m’est resté, et je conseille a quiconque de le pratiquer ……

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité